« Broadway Boogie Woogie ! | Accueil | Au delà des chairs ... »

01 mai 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Didonc, j'ai l'impression qu'il déteste les femmes autant que son papy les détestait !

(ce n'est pas un compliment, ni pour l'un ni pour l'autre, sorry)

Merci pour cette présentation, Myriam, ainsi que pour les liens, qui au fil des commentaires permettent de se faire une idée de la façon dont cette oeuvre est reçue.
Une bonne expo pour ce qui est de la quantité: à mon goût ni trop ni trop peu.
J'ai regretté
1) l'absence - malgré quelques gravures - de "produits annexes": des dessins, des ébauches, etc. Mais la peinture inachevée - que vous nous présentez, d'ailleurs, en avant dernière photo - peut peut-être nous en apprendre sur le façon dont L. Freud procède.
2) l'exiguité de la salle de projection.
Mais globalement suis plutôt du côté empathie.
Sans excès toutefois. Car les oeuvres exudent "le travail, le travail, et encore le travail...!" et la conviction d'un énorme temps passé sur chaque peinture.

Joye, je ne pense pas que l'on puisse dire cela, enfin je ne dirais pas cela, il n'est pas plus tendre avec le corps des hommes et même avec son propre corps. Ce qui est plus dérangeant à mes yeux c'est la place parfois occupé par l'homme là où l'on attend une femme comme dans ce tableau "Large interior, Notting Hill", 1998 décryptage dans http://www.lefigaro.fr/culture/2010/03/09/03004-20100309ARTFIG00664-large-interior-notting-hill-de-lucian-freud-decrypte-.php

Merci Pierre, c'est vrai que je suis globalement comme vous plutôt du côté empathie même si un certain nombre d'éléments me dérangent ...

Comme pétrisseur de chair, je crois que je préfère Rubens, si les différents avis peuvent intéresser certaines statistiques !

Rubens et Hélène Froment, comme je vous comprends chère Grillon !... http://bleudecobalt.typepad.com/bleudecobalt/images/2008/09/21/helene_froment_rubens_2.jpg

Émotion charnelle que cette découverte charnue... boudiou, quelle carne !

N'est-ce pas ! Je suis ravie de vous relire ici Tiniak !

j'ai du mal avec cette peinture. Peut-être un manque d'habitude aussi.
Bisous

Je comprends que l'on puisse avoir du mal avec cette peinture. Il faut dire que c'est une vérité crue qui par certains aspects me dérangent également (notamment dans le désordre, l'importance accordée aux plantes vertes, aux hommes et aux chiens sans pelage ...).

Merci de ce long commentaire. Je ne connaissais pas cet artiste... toute cette nudité et ces chairs affaissées me font presque peur!

Oui ? Pourtant devant les toiles je n'ai pas ressenti cette impression là, c'est plutôt l'empathie qui l'emporte !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Blog powered by Typepad
Damien Guinet
un Blog-It Express chez vous ? Blog-It Express

Guide des expositions

Peinture du moment

  • Exposition Raphaël, les dernières années au Louvre

Suivez la page du blog