« Violon d'Ingres | Accueil | Abstractions naturelles (4) »

18 octobre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bonsoir chère Myriam,
Voici un rapprochement particulièrement intéressant et pertinent, dont je vous remercie d'autant plus qu'il ne me serait absolument pas venu à l'esprit. Vous avez décidément l'art d'élargir les horizons !
Un autre point commun entre ces deux images est, à mon sens, la part de silence que chacune comporte, même s'il y a un instrument de musique dans celle de Watteau. C'est, à titre personnel, ce qui me touche dans l'univers de ces deux peintres pour lesquels j'ai une grande affection.
Bien amicalement à vous.

Ce que j'apprends de vous, chère Myriam, c'est toujours avec le même plaisir que je l'accueille.
Ce rapprochement entre les deux tableaux, je ne l'aurais pas fait sans vous.
C'est un étrange sentiment de vide qui me saisit pour ma part quand je regarde un tableau d'Hammershoi, qu'il représente un intérieur (j'ai en tête une femme debout de dos devant un piano, entre autres) ou un paysage. Et bien entendu, ce sentiment, je ne peux l'expliquer tant il est diffus. Un peintre du froid (son pays) qui peindrait le froid sous toutes ses formes... Mais je m'égare ;-)
Je me rappelle un livre de Philippe Delerm sur Hammershoï, "Intérieur : une rencontre avec Hammershoi" - mais je ne suis plus très sûre du titre, pardon - qui m'avait beaucoup plu.
Pour ce qui est de la sensualité que dégagent ces deux femmes debout de dos, si différentes soient-elles, je suis absolument de votre avis. Je leur trouve également une extrême délicatesse, voire quelque-chose de presque fragile... Les deux sont en tout cas très émouvantes.
Merci Myriam ! Et une très bonne journée à vous.

Bonjour cher Jean-Christophe,
Tout comme vous je sens l'omniprésence du silence et cette part du non-dit chez ces deux peintres ce qui est peut être un peu plus étonnant chez Watteau où il y a de nombreux personnages et une atmosphère propice à la rencontre et à la Fête galante, alors que chez Hammershoi règne une atmosphère plus froide et plus intime ...
Bien amicalement à vous.

Chère Ghislaine, je comprends cet étrange sentiment de vide qui vous saisit lorsque vous regardez un tableau d'Hammershoi, mais quelque part, comment vous dire, cet étrange sentiment de vide ne me semble pas étranger, il me parle, comme si je trouvais là un écho à la longue solitude de mon enfance et adolescence et à mon amour immodéré pour le nord ...
http://blogs.poker-academie.com/sharp/files/2008/11/hammershoi.jpg
Comme l'écrit Mme Hanne Westegaard, dans le catalogue "Lumière du Nord", 1987, à propos d'une autre toile "Intérieur avec une femme assise", peinte en 1908, mais qui peut s'appliquer ici également "Les meubles rares, sévères, l'économie des coloris, les grands plans ajoutent au raffinement de la nuque ployée de la femme qui, parfaitement éclairée, devient plus vivante et doucement désarmée dans son ample et longue robe noire qui la cache tout entière. La touche souple souligne tout ce qu'il y a d'humanité dans cette toile".
Très bonne journée à vous Ghislaine !

Très joli rapprochement, poétique !
Les deux peintres étaient du Nord après tout !

Chère Grillon. En effet, même s'il y encore un nombre significatif de degrés dans les latitudes ! Mais c'est vrai, ces peintres font parti d'une même sensibilité, notamment par rapport à la lumière.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Blog powered by Typepad
Damien Guinet
un Blog-It Express chez vous ? Blog-It Express

Guide des expositions

Peinture du moment

  • Exposition Raphaël, les dernières années au Louvre

Suivez la page du blog