« Un bel orangé : Bannières enflammées | Accueil | Eclats de cristal »

29 octobre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Nous avons au moins un Rothko à Des Moines, mais je ne saurais pas te dire lequel, puisqu'on ne donne pas la liste complète de la collection. J'en ai vu d'autres au MOMA, bien sûr.

J'aime bien ton association là, Rothko pour moi, c'est toujours les couleurs criantes, juxtaposées, qui font sortir d'autres observations pendant que l'oeil essaie d'assimiler les vibrations entre les deux couleurs.

Les premiers Hommes (et quelques industriels contemporains) ne le savaient sans doute pas, mais la vie ne possède, en guise de protection contre le froid mortel de l'espace, qu'une mince couche de gaz... On pourrait dire que Black and Grey de Rothko nous prévient des conséquences de la disparition de l'atmosphère... une Terre figée dans un froid glacial ; mais puisqu'il s'agit dans cette œuvre d'expressionnisme abstrait et non de « l'illustration » d'une idée ou d'un concept (je veux dire que la toile pourrait représenter le sol gelé en contact direct avec le froid noir de l'espace), ce n'est qu'un parallèle de ma part.

 

Oui, si ma consultation internet est fiable, vous avez bien un Rothko à Des Moines (Untitled, 1969, John and Mary Pappajohn, Des Moines, Iowa) ci-joint le lien qui me semble intéressant (http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendID=60415781).

J'aime bien le mot vibration que tu utilises pour cette peinture, c'est tout à fait cela que je ressens.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Blog powered by Typepad
Damien Guinet
un Blog-It Express chez vous ? Blog-It Express

Guide des expositions

Peinture du moment

  • Exposition Raphaël, les dernières années au Louvre

Suivez la page du blog