« Voyage vers le bleu : Yves Klein | Accueil | Le blanc n'existe pas : la neige n'est pas blanche »

23 septembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bonjour Myriam et Philippe,
Voici un rapprochement particulièrement intéressant et bien amené. Comme vous le soulignez très justement, il y a, en dehors de la technique employée pour mettre en valeur le modèle, un abîme entre ces deux œuvres. Autant Rubens me semble offrir une scène d'une sensualité palpitante, autant Sargent, en dépit des audaces de la toile, livre, à mes yeux, un tableau plus désincarné. Il n'est pas question, bien entendu, de dire que l'un des artistes a plus de talent que l'autre, ce qui serait une stupidité; la différence tient, à mon sens, à la possibilité qu'avait Rubens de toucher chaque jour la chair qu'il peint et dont il est, de ce fait, particulièrement en mesure de faire sentir la matière au spectateur, et du caractère fanstamatique que pouvait revêtir "Madame X" pour Sargent, qui lui a donné la consistance à la fois tangible et impalpable qui est celle des rêves.
Bien cordialement.

Cher Jardin Baroque. C'est vrai qu'en dépit de techniques picturales semblables, les climats sont radicalement différents : on oppose la chaleur à une certaine froideur, la proximité à la distance, la volupté à ce qui ressemble à une forme d'austérité. Le portrait de Madame X est tout de même intriguant parce que finalement assez ambigu.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Blog powered by Typepad
Damien Guinet
un Blog-It Express chez vous ? Blog-It Express

Guide des expositions

Peinture du moment

  • Exposition Raphaël, les dernières années au Louvre

Suivez la page du blog